Un additif biosourcé pour remplacer le formaldéhyde des panneaux de bois

CHIMIE VERTE.

Les composés organiques volatils sont des polluants courants à l'intérieur des habitations qui proviennent notamment du

formaldéhyde, utilisé dans le traitement du bois.

La société française Evertree produit et commercialise une gamme d'additifs biosourcés qui ouvrirait la voie à des panneaux de bois

composites de nouvelle génération.

La qualité de l'air intérieur est un enjeu majeur des années qui viennent.

De nombreuses sociétés planchent sur la diminution des composés organiques volatils (COV) qui émanent de produits courants,

comme les résines, revêtements, peintures et matériaux de construction ou d'ameublement.

C'est le cas du formaldéhyde, présent dans les panneaux de bois type OSB, MDF/HDF (medium/high density fiberboard) ou

panneaux de particules, que certains cherchent à supprimer, comme Evertree.

La société française s'est appuyée sur les travaux menés par la startup israélienne Biopolymer Technologies avec le soutien de

Sofiprotéol (financement et développement, groupe Avril) pour fabriquer des additifs pour résine issus de la protéine de colza.

Elle explique : "A partir de notre plateforme technologique, nous identifions et isolons les fractions de polypeptides ainsi que les

autres composants chimiques essentiels présents au sein des tourteaux végétaux issus de la trituration des grains d'oléo-

protéagineux".

Grâce à ces coproduits de l'agriculture, renouvelables et abondants, qui n'ont aucun impact sur l'approvisionnement alimentaire, elle

développe toute une famille de formules nommée SynerXiD à usage industriel qui "améliore les propriétés des panneaux de bois tout

en réduisant, voire éliminant, l'usage des résines à base de formaldéhyde ou autres".

D'après l'entreprise, les bénéfices attendus seraient nombreux : outre la diminution du recours à des produits pétrochimiques,

l'utilisation de ces additifs biosourcés réduirait également les coûts opérationnels en simplifiant le procédé par une diffusion optimisée.

La quantité de produit nécessaire serait en effet inférieure à celle des autres résines, pour une performance équivalente en termes de

résistance mécanique ou à l'humidité.

Fabrice Garrigue, le président d'Evertree, raconte : "Nos premiers produits végétaux ont été testés avec succès à un niveau industriel

dans la production de panneau de bois aux Etats-Unis.

Nos clients ont pu réduire efficacement le recours aux résines pétrosourcées, notamment celles contenant des formaldéhydes, sans

altérer les process de fabrication et tout en conservant, voire en dépassant, les standards de qualité et de performance".

Les produits sont disponibles sous forme de sacs de poudre sèche, prête à l'emploi.

Depuis le 10 juillet, la société dispose d'un centre d'innovation à Venette (Oise) hébergé au sein de la SAS PIVERT (Picardie

Innovation Végétales Enseignements & Recherches Technologiques).

D'une superficie de 1.000 m², il aura nécessité l'investissement de 1,5 M€ et se compose d'un laboratoire de protéochimie, d'une halle

applicative et d'une halle de développement des procédés et de pilotage de la fabrication des produits.

Dix emplois ont ainsi été créés, dont six postes de chercheur.

Et la société ne devrait pas en rester là : elle mènerait actuellement pas moins de 50 projets d'innovation.

Sur son site elle détaille : "Notre plateforme et la technologie développée offrent des possibilités quasi-infinies d'applications (…).

Les produits utilisant les technologies Evertree pourront servir comme liant pour les fibres de verre et les composites, comme produits

adhésifs, comme agents structurants ou encore comme des modificateurs rhéologiques pour les mousses ou émulsions, pour ne citer

que quelques exemples".