Un essor soutenu mais freiné

Le marché de la fenêtre s’est bien porté dans la décennie 2000 – 2010.

En 2000 se vendait 9,5 millions de fenêtres en France. En 2010 les français s’équipaient à hauteur de 11,6 millions de fenêtres.

La hausse, exponentielle depuis 2000, s’est cependant vu freinée avec l’arrivée de la crise.

Le marché reste toutefois porteur : le fabricant de fenêtre Tryba évaluait en 2008 le marché de la rénovation à plus de 50 millions de fenêtres à remplacer.

Le marché profite largement aux entreprises françaises puisque l’importation ne constitue qu’une très faible part du marché (estimée à moins de 3% en 2010).

De nombreux fabricants se partagent le marché en France, pour des menuiseries réalisées sur mesure dans la très grande majorité des cas.

L’état en maintenant son crédit d’impôt fenêtre contribue à soutenir la demande et participe à l’élévation de la qualité des menuiseries posées.

Prix fenêtre et qualité en hausse

Le prix moyen de la fenêtre a également suivi une courbe de croissance tout au long de la période.

Cependant cette augmentation est conjointe avec une exigence de plus en plus accrue sur les performances attendues.

Les performances en terme d’isolation sont devenus aujourd’hui un critère essentiel dans le choix du produit (le crédit d’impôt est en effet soumis au coefficient isolant de la fenêtre).

Le prix de la pose de fenêtre a en revanche baissé, dû aux offres d’appel des nombreux constructeurs.

La fenêtre PVC reine du marché

Le PVC conserve son rôle de leader du marché avec un peu moins de 64% des ventes (61,6 en 2000).

Véritable moteur du secteur, la fenêtre PVC conjugue les performances et un prix abordable.

La fenêtre bois qui a su évoluer en terme de qualité n’arrive cependant pas à concurrencer le PVC sur le terrain du prix. Réservée aujourd’hui à ceux qui restent attaché au matériaux naturels, la fenêtre bois ne fait aujourd’hui plus que 13% des ventes contre près de 20% en 2000.

La fenêtre alu en revanche progresse considérablement (23% du marché aujourd’hui contre 17% en 2000) malgré des performances énergétiques moindre que ses deux concurrents.

Ses qualités et spécificités d’ouverture, par exemple pour la pose de véranda, en fait encore une fenêtre très sollicitée.